Antigua, Barbuda

Nous arrivons lundi 10 février à 4h00 à Antigua, dans le petit mouillage encombré d’English Harbor, nous essayons par deux fois de planter l’ancre mais elle ne tient pas. Après 30 min nous trouvons une place correcte. J’espérais un 5,5 noeuds de moyenne, mais nous avons été plus vite que prévu, d’où une arrivée nocturne…

English harbor, construit par l’amiral Nelson en 1745 servit d’arsenal jusque 1889. C’est devenu aujourd’hui un haut lieu du nautisme britanique. C’est d’ailleurs le port d’arrivée de l’Atlantic Challenge, course en solitaire ou équipage jusque 5 rameurs, de la traversée à la rame de l’atlantique depuis la Goméra jusque Antigua. plus de 3000 miles. Le premier arriva quelques heures après nous, sous les applaudissements et coup de corne de brume de tous les bateaux de la baie. Pas moyen dormir 🙁 … 36 jours de rame à raison de 16 heures par jour, avec 50kg de nourriture déshydraté par personne ainsi qu’un bon déssalinisateur pour transformer l’eau de mer en eau douce.

mouillage d’English Harbor
Notre nouvelle annexe. L’ancienne n’ayant pas résisté aux UV des caraibes.
Entrée dans l’arsenal Nelson
mais où sont les touristes?
ponton d’accueil de la course
à la potence fils

Après la visite, un beach bar en face du mouillage 🙂

Départ mardi 11 février vers 10h pour 10 miles et rejoindre le mouillage désert de Ricket Harbor, qui n’est pas du tout un port…

nous voila partis pour 30 minutes d’annexe pour trouver un beach bar et bidonner 40 litres d’eau
Ca en valait la peine…

Mercredi 12 février, départ 21h pour Barbuda, distante de 35 miles. Nous arrivons au petit matin sur l’île quasi déserte. Elle a été dévasté il y a deux ans par le tragique cyclone, il reste 1500 habitants sur l’île. Plus nous montons au nord, plus les traces du cyclone sont visibles. On se rapproche de l’épicentre.

le ponton de Barbuda avec le bateau qui livre deux fois par semaine les marchandises en tout genre. 30 tonnes aujourd’hui.
bidonnage, la corvée quasi journalière, car nous faisons très peu de marina. 40 L remplis.
des kilomètres de plages désertes. Seulement 6 voiliers sur toute l’île…
Coringtown le village de l’île
L’aide internationale est passée par ici…

Nous visitons le sanctuaire de frégates, où vivent plus de 4000 individus. Nous sommes chanceux, nous arrivons pendant la période des amours, les mâles font du grain aux femelles…

Un container emporté par le cyclone et déposé en plein milieu de la mangrove…
un mouillage désert, on en rêvait…
des indigènes…

Nous quittons Barbuda le 15 février vers 21h pour saint Bart.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *